NOUS CONTACTER +33 4 73 26 08 83

Des experts à votre écoute

Notre équipe de golfeurs passionnés est à vos côtés pour vous aider à choisir le matériel le mieux adapté à votre niveau et à vos envies.

appelez nous

Infoline

04 73 26 08 83

Fermé le 14/07 et le 15/08


Écrivez-nous

Via notre formulaire

CONTACT


Horaire Infoline

Lundi de 10h à 12h et de 14h à 17h
Mardi au Vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h

(= line.product.common.ancestorIds[1] || line.product.common.ancestorIds[0] || line.product.common.id =) (= line.quantity =) (= line.product.common.title =) (= line.unitAmountWithTaxes =) (= cartData.common.currencyCode =)
GOOD DAYS -10% SUPP Du 16 au 22/08 CODE : GOOD PROLONGATION

Quel club jouer sur le parcours et à quel moment ?

Du tee au green, il n’y qu’un pas … et quelques coups de golf !

Pour simplifier la description du golf, on pourrait simplement dire que du tee au green, il n’y a finalement jamais plus de trois, quatre ou cinq coups à réaliser. Mais la concrétisation technique de chaque coup est bien moins évidente qu’il n’y parait ! Pour réussir « son coup » le golfeur possède une panoplie de 14 clubs dans son sac. Ainsi, à chaque club sa distance et sa nature de trajectoire, que nous vous expliquons dans les lignes qui vont suivre et en allant du tee au green…

Retrouvez notre offre complète dans le rayon Clubs de golf !

Quel club de golf joueur au départ ?

Plusieurs options possibles, mais toujours la tentation du driver !

Le coup de départ d’un trou est le seul où le joueur a la possibilité d’utiliser un tee. Ce « petit promontoire », en bois ou en plastique, mais aussi en bambou, n’est pas obligatoire mais représente un certain confort pour frapper son coup de départ. Selon la distance à parcourir ou l’étroitesse de la zone de réception on peut jouer un coup de fer, d’hybride, de bois de parcours ou de driver. Néanmoins, dans l’inconscient collectif le coup de départ est souvent synonyme de longue distance et donc de driver. Ce club, très spécifique, est souvent l’un des préférés des golfeurs. Le driver est souvent associé au plaisir de réaliser de la distance et de dérouler son swing sans retenue.

Si les joueurs professionnels dépassent aujourd’hui allègrement les 300 mètres, les joueurs amateurs de tout niveau obtiennent également de belles performances. Avec l’apport de nouveaux matériaux dans les années 90, comme le titane puis, plus récemment, le carbone, les pratiquants ont gagné de nombreux mètres. Il arrive malheureusement que la distance parcourue soit trop importante et que les balles aillent plus loin que prévu, dans le rough ou dans la forêt voisine. Afin d’offrir plus de contrôle, les fabricants se sont appuyés sur la réglementation et réalisent des têtes plus imposantes depuis le début des années 2000 (jusqu’à 460 cc).

Comme le tamis d’une raquette au tennis, la surface de frappe est plus importante et la tolérance devient donc plus grande. Dès lors, le driver est devenu une arme moins complexe à manier, quel que soit le niveau du joueur. Pourtant, avec le manche le plus long et l’ouverture de tête la plus fermée de votre sac, le driver reste tout de même le club le plus difficile à contrôler pour les joueurs évolutifs.

Quand le swing n’est pas en place, quand la zone de réception est moins large ou défendue par de l’eau, du rough ou des bunkers, il est important de savoir rester raisonnable. On peut alors envisager de réaliser son coup de départ à l’aide d’un bois de parcours. Plus ouvert qu’un driver et avec un manche un peu moins long, le bras de levier est moindre, permettant au joueur d’avoir plus de contrôle, en perdant finalement un minimum de distance.

Pour les joueurs ayant des difficultés à exploiter correctement un driver, il existe également des bois de parcours destinés à être joués avec un tee. Souvent, la tête de club est un peu plus volumineuse et on peut retrouver l’apport du titane et du carbone pour générer plus de distance. Au-delà du strict choix de la tête de club, le manche ne doit surtout pas être négligé. Nommé « shaft », ce dernier n’est ni plus ni moins que le moteur de votre club et doit s’adapter à votre vitesse de swing pour trouver le bon compromis entre contrôle et distance.

Quel club utiliser au 2ème coup ?

Le 2ème coup : une vue différente en venant du fairway ou du rough !

Après une période de marche que l’on vous souhaite la plus longue possible, la balle de golf se trouve pleinement sur le parcours. Les règles sont alors ici aussi simples qu’évidentes : on joue la balle là où elle se trouve ! Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce 2nd coup ne sera pas le même si on est amené à le frapper sur ou en dehors du fairway. Soyons optimistes et envisageons le cas d’un fairway coupé en 2 par un coup de départ parfait ! Une position idéale vous permet d’envisager toutes les options de jeu.

Sur un Par 5, il reste encore beaucoup de distance à parcourir et il faut alors faire le bon choix entre bois de parcours ou hybrides. Dans cette configuration, le bois de parcours doit être frappé à même le sol. Ainsi, une tête un peu plus compacte et en acier pour garder un contrôle de trajectoire optimum est à préconiser. Pour trouver le bon rapport entre facilité d’action et distance, les bois 5 ou 7 représentent un bon compromis, y compris lorsque la balle a quitté le meilleur chemin à suivre. En effet, si le rough n’est pas trop compact, on peut envisager de jouer un bois de parcours, avec une semelle qui glisse plus facilement. La nature de trajectoire étant tendue, un bois de parcours permet de rouler et de vous rapprocher le plus possible du green.

Dans une version où le coup de départ a parcouru beaucoup de distance et avec un green à portée de fusil, il est alors judicieux de privilégier un hybride ! Ce club, apparu au milieu des années 2000, a été inventé pour se substituer aux fers longs. Avec des faces de clubs plus fermées et des manches plus longs, les fers 2-3-4 étaient souvent particulièrement difficiles à jouer et ne pardonnaient pas grand-chose.

Le club hybride est un compromis entre la longueur d’un manche de long fer et une tête de club typée « bois ». Avec une semelle plus imposante et un équilibre situé vers le bas du club, les risques de « grattes » sont amoindris. La nature de trajectoire de la balle se rapproche d’un fer traditionnel et dans l’idée d’attaquer un green lointain, les espoirs de voir la balle s’arrêter proche du trou sont bien plus grandes qu’avec un coup de bois.

Dans le cas d’un Par 4, la distance pour aller au green est moins grande. Un fer semble mieux adapté pour attaquer la cible avec précision. La série de fer est la base de votre sac et tous les autres clubs viennent s’articuler autour. Il existe plusieurs configurations de série, allant du fer 4 ou du fer 5 au PW. De plus en plus de fabriquants proposent également des fers à l’unité, mais il est essentiel de toujours rester dans la même gamme afin de préserver l’écart de distance et de trajectoire d’un numéro de fer à l’autre. Il est donc particulièrement important de bien réfléchir aux besoins attendus pour effectuer le bon choix. La nature du manche (acier ou graphite), mais aussi de la tête (évidée, semi-lame ou lame) influencent le confort de jeu, le toucher de balle et la tolérance. En progressant, le joueur aura aussi l’envie de développer ses sensations et son toucher de balle. Les têtes forgées seront à ce moment-là un atout supplémentaire pour votre jeu.

Quel club faut-il privilégier pour une approche du green efficace ?

Pas encore arrivé sur le green ? c’est le moment de sortir vos wedges … ou le putter !

Même pour un joueur professionnel, il n’est pas toujours évident d’atteindre le green du 1er coup. Les concepteurs de parcours prennent toujours un malin plaisir à défendre les greens avec des obstacles d’eau, des bunkers ou parfois plus simplement, une nature de sol capricieuse. La hauteur de coupe du gazon peut aussi avoir une influence sur le degré de difficulté d’exécution. Pour répondre à toutes ces situations, les wedges sont des clubs parfaitement adaptés pour les approches.

Avec des manches plus courts et des ouvertures de têtes plus grandes, ces clubs réalisent des distances moindres et confèrent un haut degré de précision. Par nature, la trajectoire de balle est haute, permettant ainsi de s’arrêter plus vite sur le green. Le Pitching-wedge est traditionnellement inclus avec la série de fer. Il représente une sorte de « fer n° 10 ». C’est un bon compromis entre balle levée et roulement sur le green. Ce club peut aussi réaliser des approches roulées. Selon votre sensibilité, vous pouvez avoir un ou plusieurs wedges dans votre sac. Ce sera souvent au détriment des bois de parcours, mais cette stratégie de composition de sac vous appartient, toujours dans la limite des 14 clubs autorisés.

Notez qu'il peut être judicieux de posséder un wedge intermédiaire (56°) et un wedge pour les coups les plus levés (60°). Nommé Lob-wedge, ce club vous aide à sortir aisément des roughs épais situés autour des greens ou d’éviter de cumuler les coups dans les bunkers les plus profonds.

Si les avants greens le permettent, il est aussi possible de sécuriser les choses en utilisant un chipper. Ce club destiné aux joueurs amateurs se joue comme un putter. Mais doté d’un angle de frappe, le chipper lève la balle pour éviter les 1ers mètres avant d’arriver au green.

Et une fois sur le green ?

Le putter est sans doute le club le plus négligé dans un sac de golf et pourtant, c’est probablement le plus important ! Quand on analyse la composition d’un parcours de golf, on se rend rapidement compte que sur le plan comptable, un coup sur deux est un coup de putter.

S'il existe mille et un putters différents, l’essentiel est d’identifier le modèle qui s’adapte parfaitement à sa propre sensibilité. Souvent, les formes de têtes les plus simples peuvent s’avérer les meilleures. Si la technique de putting est correcte et que le joueur n’a pas de problème pour prendre son alignement, ce type de putter peut largement suffire. Pour ceux qui ont plus de difficultés à positionner le club dans la bonne ligne, les fabricants ont inventé depuis nombres d’années des têtes novatrices, offrant une structure d’alignement plus marquante. De même, le poids de la tête de club est souvent positionné à la pointe et au talon du club afin de permettre un balancier le plus rectiligne possible.

Au-delà de la forme de la tête, le toucher peut aussi avoir son importance. Certains préfèrent la pureté d’un toucher avec une tête traditionnelle en acier, quand d’autres aiment l’apport d’un insert pour amortir ou dynamiser la roule de balle.

En bref, vous l’avez compris chaque sac de golf est différent ! Selon votre niveau, votre vitesse de swing ou plus simplement votre philosophie de jeu, il existe de multiples combinaisons. Pour parfaire le choix de votre matériel, il existe aussi la possibilité du « sur mesure » afin d’adapter mieux encore ce matériel à votre swing. Si cette réflexion personnelle vous semble difficile à mener, sachez que les experts monsieurgolf sont là pour vous aider, vous conseiller et préparer vos clubs exactement comme vous les aimez. Alors n’hésitez pas à les solliciter tout au long de l’année pour jouer au golf comme vous il vous plaît.

Distance moyenne des clubs de golf en mètre :

Club de golf Distance Homme Distance Femme
SW (Sandwedge) 55 > 90 40 > 55
PW (Pitchwedge) 75 > 110 50 > 70
Fer 9 85 > 120 55 > 85
Fer 8 100 > 130 60 > 100
Fer 7 110 > 140 65 > 110
Fer 6 120 > 150 70 > 120
Fer 5 130 > 160 75 > 130
Fer 4 140 > 170 85 > 140
Fer 3 - Hybride 22° 150 > 180 90 > 145
Fer 2 - Hybride 15° - Bois 5 160 > 190 100 > 155
Bois 3 170 > 215 115 > 165
Driver 180 > 240 140 > 185